Alcool et cosmétique

unknown-1

L’alcool, alcool éthylique ou éthanol, est une substance précieuse en cosmétique, il est en effet :

  • anti-mousse (antifoaming)
  • microbiocide (antimicrobial)
  • astringent (astringent)
  • masquant (masking)
  • solvant (solvent)
  • correcteur de viscosité (viscosity controlling)
  • promoteur de diffusion
  • promoteur d’absorption cutanée
  • bon marché
  • disponible en quantité quasi illimitée.

Mais son usage est limité par des défauts à la hauteur de ses qualités, il est en effet :

  • desséchant
  • cancérigène
  • inflammable
  • addictif
  • soumis à des restrictions administratives de détention, de transport et d’utilisation.

Les quatre premiers défauts sont intrinsèques à l’alcool, il sont de ce fait inévitables. Il n’en pas de même du dernier, sa règlementation par les pouvoirs publics, qui est discutable. En restreignant globalement l’utilisation de l’alcool sous prétexte de santé publique, la règlementation prive l’industrie cosmétique du libre usage d’une substance d’intérêt majeur. Les contraintes françaises, perçues par un non-fiscaliste dans la présentation des procédures douanières « Soprano » sont :

  • soit un contrôle des mouvements d’alcools à l’intérieur de l’entreprise,
  • sinon sa dénaturation, c’est à dire sa pollution par 3 % de substances sans intérêt cosmétique :

+ 1% d’alcool isopropylique
unknown+ 1% de méthyléthylcétone

unknown
+ 1 % de benzoate de phénylméthyl-2(-((2,6-diméthylphényl)amino)-2-oxoéthyl)-diéthylammonium.

denatonium_benzoate

 

  • sinon encore, une lourde taxation : 17,3756 €/l en 2016. A titre d’exemple, cette taxe est de 1,39 € pour un flacon de 100 ml d’eau de toilette à 80 degrés et génère indirectement 0,278 € de TVA. La cosmétique naturelle est frappée de plein fouet par cette taxation. Dans l’exemple précédent, la pénalité totale atteint 1,39 +0,278 = 1,668 €.

 

Les taxes sur l’alcool cosmétique s’avèrent être des taxes sur la cosmétique naturelle, qui refuse toute pollution par des substances sans intérêt cosmétique et dont la naturalité n’est  pas garantie.

 

PS : Critiques, propositions de corrections et toutes autres observations sont bienvenues pour améliorer cet article en partage.

eureg-2016-1867