Avenir des perturbateurs endocriniens en cosmétique

En ce mois d’avril 2019, le parlement européen, à une majorité très élevée, vient de réclamer à la commission européenne un projet de règlementation efficace des perturbateurs endocriniens. La résolution a été très largement votée pour au moins trois bonnes raisons :

– s’unir pour réclamer est toujours plus facile que s’unir pour décider concrètement,
– la demande n’est pas juridiquement contraignante,
– la proximité des élections est motivante.

Le parlement a déploré l’absence de dispositions spécifiques relatives aux perturbateurs endocriniens dans les textes législatifs européens, notamment pour les jouets, les matériaux destinés au contact avec les denrées alimentaires … et les cosmétiques, alors qu’il estime que les perturbateurs constituent des substances tout aussi préoccupantes que les CMR ( cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques) déjà règlementées.

photo_nuage-de-mots_images_edito

Nous pouvons attendre des dispositions règlementaires pour la cosmétique en fin d’année 2020. Nous espérons qu’elles nous arriveront bien classées en annexes II ou III, nous évitant un article “extra” spécifique comme l’article 15.

Merci au parlement.
Bon courage à la commission et au SCCS en particulier.