DHA – Dihydroxyacetone

La DHA, ou dihydroxyacétone, devrait bientôt entrer dans l’annexe III des substances cosmétiques règlementées, suite à l’opinion du CSSC exprimée en mars 2020.

imageLa dangerosité est établie en cas d’ingestion, d’inhalation et de projection dans les yeux. La restriction probable porterait sur les taux maximaux admis :

  • 6,25 % dans les colorations capillaires non oxydants, mais 0% pour les autres,
  • 10,00 % dans les produits cosmétiques auto-bronzants.

La décision est attendue en 2021, qui fixera les modalités d’application.